Archives de catégorie : Liban

Recensement économique et social des réfugiés Palestiniens vivant au Liban

Echantillon : 2600 familles

Pauvreté et chômage
Vivant sous le seuil de pauvreté : 67%
Souffrant de la faim : 66%
Vivant dans les camps et au chômage : 56%

Géographique
Vivant dans des ensembles d’habitation (hors des camps) : 38%
Vivant dans les camps de Saïda et de Tyr : 50%
Vivant dans les régions de Beyrouth et du Nord : 20%
Vivant dans la région de la Békaa : 4%

Pourcentage des femmes : 53%

Ages
Moyenne d’âge : 30 ans et 6 mois
Les moins de 25 ans d’âge : 50%

Famille
Les familles comptent en moyenne 4,5 individus

Niveau scolaire
13% des plus de 20 ans détiennent le baccalauréat
42% des plus de 20 ans détiennent le brevet d’étude
30% des garçons âgés entre 7 et 15 ans n’ont jamais été scolarisés

Santé
31% souffrent d’une maladie chronique
12% des familles ont au moins un de leurs membres atteint d’une maladie chronique
40% souffrent d’un handicap
15% des familles ont au moins un de leurs membres atteint d’un handicap
21% souffrent d’un problème sanitaire ou psychologique
41% des familles ont au moins un de leurs membres souffrant d’un problème sanitaire ou psychologique
40% des maisons de l’ensemble des camps sont insalubres, particulirement celles de Aïn-el-Héloué et de Rachidiyeh

Etude réalisée par des chercheurs de l’Université Américaine de Beyrouth (AUB) en coopération avec l’UNRWA – 2010

Le Liban dénonce les violations israéliennes du droit international

« Pendant que le Liban respecte la résolution 1701 du Conseil de sécurité et demande à Israël de se plier à ses dispositions, Israël poursuit ses violations quotidiennes de l’espace aérien, du territoire et des eaux territoriales libanaises », a déclaré vendredi le Président libanais, Michel Sleiman, dans son allocution prononcée lors du débat annuel de l’Assemblée générale de l’ONU.

Il a rappelé que ces violations avaient été « qualifiées de provocations par le Secrétaire général de l’ONU dans plusieurs de ces rapports ». Michel Sleiman a poursuivi en dénonçant aussi « le réseau d’espions et le recrutement d’agents » par Israël, destinés « à alimenter le conflit et déstabiliser le pays » et « qui ont atteint un tel niveau que la communauté internationale doit prendre une position ferme pour contrecarrer les agressions d’Israël, ses menaces permanentes contre le Liban, son peuple et ses infrastructures ».

Il a également demandé à la communauté internationale d’intervenir pour obtenir « le retrait israélien des territoires encore occupés, le secteur des fermes de Chebaa, le Mont Kfarshuba et le nord du village d’Al Ghajar, sans délais ni conditions ».

« Il est important de noter que nous conservons notre droit de récupérer et libérer nos territoires occupés par tous les moyens légitimes et disponibles », a-t-il ensuite rappelé, avant de demander plus de soutien financier et technique « pour retirer les mines et les bombes à sous munitions disposées au hasard dans des zones résidentielles pendant l’agression de juillet 2006 ».

Le Président libanais a ensuite plaidé « pour le droit de son pays à disposer de ses richesses en eaux, en pétrole et en gaz naturel conformément au droit international, en particulier parce qu’il prévoit d’exploiter ces ressources dans les limites de sa zone économique exclusive ».

Devant les Etats membres, Michel Sleiman a tenu aussi à saluer « les efforts et les sacrifices des troupes de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (<« http://www.un.org/french/peace/peace/cu_mission/finul/finul.htm »>FINUL) déployées au Sud Liban ».

« Nous tenons à les garder, nous réitérons l’importance de la coordination et de la coopération entre l’armée libanaise et les forces internationales, afin d’assurer la bonne mise en oeuvre de la mission qui lui leur a été confiée », a-t-il expliqué, avant de regretter que cette coopération « ne produise aucun retour, à part des positions israéliennes arrogantes et provocantes qui sont la raison centrale des incidents qui se déroulent le long de la Ligne Bleue ».

En dépit de cet état de fait, le Président libanais a conclu en rappelant que son pays resterait cependant toujours ouvert au dialogue.