Des milliers de manifestants à Tel-Aviv contre la poursuite de l’occupation

Des milliers d’Israéliens ont manifesté samedi soir à Tel-Aviv contre la poursuite de l’occupation des territoires palestiniens, à l’occasion de l’anniversaire de leur conquête par Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967.
Les manifestants, plus de 10.000 selon les organisateurs, juifs en majorité mais également arabes, ont défilé dans le centre de Tel-Aviv, appelant à la création d’un « Etat palestinien dans l’intérêt d’Israël », dans les lignes du 4 juin 1967, juste avant la guerre.
Défilant à l’appel d’un collectif de mouvements anti-occupation de gauche, ils ont brandi des pancartes avec des caricatures du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en joueur de flûte de Hamelin, avec l’inscription « Netanyahu nous entraîne à la catastrophe ».
Arborant des drapeaux israéliens, rouges et palestiniens, les manifestants ont scandé « Netanyahu dit non à un Etat palestinien, nous disons oui », « Israël, Palestine, deux Etats pour deux peuples » et « Solidarité avec les Palestiniens ».
La manifestation, autorisée par la police, commencée place Rabin s’est achevée par un rassemblement sur l’esplanade du Musée de Tel Aviv.
A la tribune, une représentante du mouvement anti-colonisation La Paix Maintenant, Iran Gal, a « exprimé son angoisse » devant l’absence de perspectives de paix et accusé le gouvernement de « ne pas voir plus loin que le bout de son nez » quand il refuse de mettre un terme à l’occupation.
En Cisjordanie, des chrétiens ont organisé pour leur part un service religieux à un barrage militaire israélien près de Bethléem, pour marquer leur opposition à la poursuite de l’occupation et réclamer la « paix et la justice ».
L’armée israélienne a été placée en état d’alerte avant les manifestations palestiniennes prévues dimanche pour le 44e anniversaire de la « Naksa », la défaite des forces arabes face à Israël lors de la guerre des Six-Jours.
Des renforts ont été dépêchés à la frontière libanaise, sur le plateau du Golan occupé, où se situe la ligne de cessez-le-feu avec la Syrie, à la frontière avec la bande de Gaza et en Cisjordanie.
Lors de la guerre de juin 1967, l’Etat hébreu avait conquis la péninsule du Sinaï, rendue à l’Egypte en 1982, le plateau syrien du Golan, la Cisjordanie y compris Jérusalem-Est annexée depuis, et la bande Gaza dont Israël s’est retiré en 2005 tout en maintenant un blocus aérien, naval et partiellement terrestre.

(Dimanche, 05 juin 2011 – Avec les agences de presse)

Ce contenu a été publié dans Colonisation, Israel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.