Scandale sur le Tour de France !

Au départ du Tour de France cette année prend place une équipe pas comme les autres. Israel Start Up Nation est son nom.

Cette équipe, dont le but ouvertement avoué de son financeur, le richissime homme d’affaire israélo-canadien Sylvan Adams, n’est qu’accessoirement de faire du vélo, a pour ambition et pour objectif « de présenter l’Etat hébreu comme une démocratie vibrante et robuste, un pays normal, sûr, ouvert et tolérant » (Libération 6 mars2020).

Sylvan Adams ne cache pas ses buts et s’affiche « ambassadeur autoproclamé d’Israël ». Pour lui, « les membres de l’équipe sont des ambassadeurs du pays d’Israël qui est la base de l’équipe. » (Le Monde 05/05/2018).

Il a déjà financé en ce sens le départ du Giro de Jérusalem en 2018 [« pour les fans de sport » dit-il qui « veulent juste admirer nos beaux paysages » Libération 6 mars 2020], de même que la participation de Madona à l’Eurovision 2019 à Tel Aviv et la même année la venue du footballeur Messi pour un match Argentine/Uruguay à Tel Aviv. Il finance également la participation d’Israël en Formule 1.

Il a racheté l’équipe Israel Cycling Academy qu’il a renommée en Israel Start Up Nation « en référence à l’esprit d’entreprise et d’innovation du pays ».

L’équipe est composée de 30 coureurs de 16 nationalités différentes. Parmi eux 3 Français et 4 Israéliens. Tout au long des 3470 km du Tour de France, les cyclistes sélectionnés n’auront qu’un seul but : faire oublier qu’Israël est un Etat colonial construit sur le vol de terres palestiniennes et qui continue de voler, piller, détruire le territoire palestinien et en expulser les habitants ; un Etat qui maintient la Bande de Gaza sous blocus depuis 14 ans, la privant d’eau, d’électricité et de produits de première nécessité et lui déversant régulièrement des tapis de bombes ; un Etat qui viole systématiquement les frontières des pays limitrophes tant syrien que libanais ; un Etat qui refuse la citoyenneté à ses ressortissants palestiniens ; un Etat qui viole systémiquement toutes les résolutions internationales et qui est sous le coup d’une procédure pour crimes de guerre auprès de la Cour pénale internationale.

Ainsi, chaque tour de roue de l’équipe Israel Start Up Nation aura pour but de faire oublier les crimes israéliens ; chaque coup de pédale des cyclistes Israel Start Up Nation sera une affirmation pour blanchir cet Etat colonial, raciste, expansionniste et fauteur de guerre dans tout le Moyen Orient.

Les coureurs d’Israel Start Up Nation ne sont pas des sportifs. Ce sont les mercenaires d’une entreprise dénommée « Brand Israel » (marque Israël), destinée à vendre une image redorée d’Israël dans tous les pays où ils participent à des compétitions.

Sylvan Adams l’a bien compris qui affirme « On utilise le sport pour créer des liens et porter l’image du pays. » (Le Monde 05/05/2018). Le sport, et notamment le cyclisme, par l’enthousiasme populaire qu’il suscite est un bon moyen pour cela.

Pour nous, anticolonialistes, nous ne pouvons laisser se dérouler ce scandale sans le dénoncer et nous tenons à affirmer :

Israël occupe

Israël colonise

Israël discrimine          Israël n’est pas le bienvenu sur le Tour de France !

Israël pille

Israël massacre

Poitiers août 2020

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Rassemblement contre l’annexion de la territoires palestiniens

Prise de parole https://www.youtube.com/watch?v=DZ9g5FAOXbE

Transcription :

Chers Amis de la Palestine, de la Justice, de la lutte contre le racisme et les violences policières,

Lors de l’investiture de son 4ème gouvernement, Benjamin Netanyahou a déclaré vouloir engager la procédure d’annexion formelle de la Vallée du Jourdain et des colonies israéliennes, soit un territoire qui représente 30 à 35 % de la Cisjordanie palestinienne.

Cette annexion correspond à la mise en œuvre du soi-disant « plan de paix présenté par Trump en janvier dernier comme le Deal du Siècle et intitulé « La Paix contre la Prospérité ».

Pour Netanyahou, il s’agit « d’écrire un nouveau chapitre glorieux de l’histoire du sionisme ». Tout est dit dans ces quelques mots. La mise en œuvre du projet sioniste est bien à l’œuvre sous nos yeux.

Rappel

Le mouvement sioniste est arrivé en Palestine à la fin du 19ème siècle avec une idéologie coloniale sans ambigüité : conquérir le plus possible de terres palestiniennes avec le moins possible de Palestiniens. Organisé en milices et en bandes armées, avant de devenir un Etat en 1948, ce mouvement n’a jamais cessé d’envisager l’expulsion et le transfert des Palestiniens, attendant le bon moment pour y parvenir.

Pour Netanyahou, l’époque actuelle est un de ces bons moments, comme le fut la guerre de 1948-1949 qui a permis d’accroître la superficie du territoire accordé aux juifs, d’expulser 750 000 Palestiniens, et de rayer plus de 500 villages palestiniens de la carte. Un bon moment comme le fut la guerre des Six jours qui a permis l’occupation de tout le territoire palestinien, du Golan syrien et du Sinaï égyptien, et d’expulser à nouveau 350 000 Palestiniens. Un bon moment comme le furent les Accords d’Oslo qui ont découpé la Cisjordanie en trois zones, laissant les terres fertiles de la Vallée du Jourdain, la zone C, sous entier contrôle israélien.

Colonisation

Tout au long de sa courte histoire,  Israël n’a eu de cesse de coloniser, de s’emparer du territoire palestinien, grignotant la terre, labourant les vergers, déracinant les oliviers, détruisant les habitations. Les zones rurales ont été vidées de leurs habitants pour offrir aux colons des lieux d’implantation vides de la population autochtone. Ainsi, 300 000 Palestiniens ont été chassés de la Vallée du Jourdain et 350 000 colons s’y sont installés. En tout plus de 600 000 colons vivent en Cisjordanie dans 250 colonies. Colonies qui faut-il le rappeler sont illégales au regard du droit international. On mesure la subtilité tactique de Ben Gourion refusant de fixer les frontières d’Israël à la fin de la guerre de 1949. Stratégie qui a fait dire à Sharon que la construction du mur de séparation allait permettre « d’achever ce qui ne l’a pas été en 48 ». Le projet du Grand Israël de la Mer au Jourdain n’a jamais quitté la tête des dirigeants israéliens, quelle que soit leur couleur politique.

Alors, quoi de plus normal pour le gouvernement Netanyahou que de vouloir donner un statut officiel à ce brigandage ? Mais légalité ne signifie pas légitimité.

Car c’est oublier que la colonisation ne transformera jamais en patrie des territoires qui ont été conquis par la force. C’est oublier que si les vieux Palestiniens sont effectivement bien morts, les jeunes, eux, n’ont pas oublié que cette terre est leur, qu’ils refusent d’en partir et qu’ils sont prêts à donner leur vie pour elle.

Une question qui nous concerne tous

Il faut bien comprendre que cette question de l’annexion de la terre palestinienne est une question qui ne concerne pas seulement les Palestiniens et les Israéliens. C’est une question de souveraineté, de droit international qui nous concerne tous.

Elle nous concerne quand Iyad Al-Hallaq, jeune palestinien autiste est abattu par un soldat israélien ; elle nous concerne aussi quand un barrage militaire israélien étrangle tout un village palestinien privant les habitants d’accès à leurs lieux de travail, de santé, d’éducation, de nourriture ; elle nous concerne encore quand un bulldozer israélien écrase une maison palestinienne pour en chasser les habitants. Elle nous concerne enfin car tout comme la vie d’un Noir compte, la vie d’un Palestinien compte aussi.

Car la vie, c’est la liberté, la liberté d’aller et venir, la souveraineté, les droits civiques et nationaux.

Passer de la parole aux actes

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a appelé les autorités israéliennes « à s’abstenir de toute mesure unilatérale qui conduirait à l’annexion de tout ou partie des Territoires palestiniens » et a averti qu’une telle décision « ne pourrait être sans conséquence sur les relations de l’Union européenne avec Israël ». Mais rien sur les relations de la France avec Israël. Il faut aller plus loin que ces belles paroles maintes fois répétées et annoncer clairement dès maintenant des sanctions.

Et pour nous, comme acteurs politiques, il est plus important que jamais de boycotter les productions israéliennes que ce soit dans le domaine de la culture, du sport, des aliments, en nous appuyant sur le jugement de la Cour européenne des Droits de l’Homme qui vient de conclure que l’appel au boycott ne constitue pas un appel à la discrimination et qu’il est protégé par la liberté d’expression. Et ceux qui sont dans l’illégalité, ce sont ceux qui ont sanctionné le boycott d’Israël.

Boycott de l’Etat criminel israélien !

Vive la Résistance palestinienne ! Palestine vivra !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

2019, Peut-on concevoir un monde sans Palestine ?

Le Droit international échappera-t-il à la dévastation?

Conférence de Michel RAIMBAUD, conférencier, professeur en relations internationales. Il a été Ambassadeur de France en Mauritanie, au Soudan et au Zimbabwe et Directeur de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA). Il a également servi dans le monde arabe, sur le continent africain, en Amérique Latine et à l’administration centrale du Quai d’Orsay.
Il est l’auteur, entre autres, de Les Guerres de Syrie, aux Éditions Glyphe (2019) et de Tempête sur le Grand Moyen-Orient, aux Éditions Ellipse (2017).

A ré-écouter ici : https://videotheque.univ-poitiers.fr/video.php?id=g62l1vmwdnsde4erhcey&link=gwhpt9j2rcupfu5agtj8eiw16lwtk5

Mardi 26 novembre 2019 à 17h30

Amphi Hardoin, Faculté de Droit, 43 Place Charles de Gaulle, Poitiers.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

PALESTINE EN CAMPAGNE 2019, les 16, 17 et 18 Août

Vous ne pouvez pas aller en Palestine et pourtant vous en rêvez ?
Qu’à cela ne tienne, c’est la Palestine qui vient à vous pour la 4ème fois, les 16, 17 et 18 août 2019 à Gages près de Rodez !
Retenez bien ces dates et venez rencontrer producteurs, artistes, conférenciers vous parler de leur pays et échanger avec la population aveyronnaise.

La 4ème Edition du Festival Palestine en Campagne est en préparation.
Rendez-vous à Gages (12630, Aveyron) les 16, 17 et 18 août 2019 à la découverte de la culture palestinienne.

Vous pourrez réserver vos places en pré-ventes et trouver toutes les informations sur les commodités à cette adresse www.philistin.fr.

Le programme est ici  http://www.philistin.fr/3e-edition/programme/

- Un programme dédié à la culture palestinienne comme toujours : danseurs, musiciens, autres artistes et conférenciers.
- Nos partenaires producteurs seront également représentés.
- De Cisjordanie, de Gaza, de Jerusalem, des Camps de réfugiés et de Palestine de 48, ils se retrouveront sur une terre aveyronnaise dans un cadre champêtre.
- Les artistes aveyronnais ne seront pas oubliés afin d’assurer l’échange culturel.
- Une cuisine aveyropalestinienne régalera vos papilles.
… et surtout une bonne ambiance fraternelle.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

1er Mai 2019 à Poitiers

Lire l’intervention du Comité ici

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire